Des problèmes toujours présents

La gamme de Zarlino a beau effacer le problème de la quinte du loup posé par la gamme pythagoricienne elle n'est pas la "solution miracle" et subsistent des problèmes majeurs dans la théorie musicale :

 

- La transposition reste difficile du fait de la différence des écarts entre chaque notes de la

gamme. En effet, comme expliqué précédemment pour la gamme de Zarlino et de Pythagore, la transposition changerait la sonorité des notes voire même la mélodie dans le cas de la gamme de Pythagore.

 

- L'Eglise interdisant désormais de composer avec beaucoup de voix comme il était coutume

de le faire, les musiciens cherche toujours un moyens de conserver une certaine richesse musicale et notamment un système qui permettrait de faire jouer aisément plusieurs instruments ensembles.

 

- De même il reste difficile de réaliser un instrument permettant de jouer dans toutes les

tonalités, encore et toujours du fait des écarts distincts entre les petits et les grands tons (cf : gamme de Zarlino).

 

L'apparition d'une nouvelle gamme : la gamme tempérée

Une création progressive

 

En vérité cette gamme n'apparait pas à proprement parler, elle est issue de l'évolution progressive de la gamme de Zarlino. De nombreux artistes et théoriciens de la musique ont créé des gammes, sortes d'intermédiaires entre la gamme tempérée et celle de Zarlino. Andreas Weirckmeister par exemple publia dans ses ouvrages Musicalische Temperatur (1686-87) et Hypomnemata musica (1697) des gammes diminuant au maximum la différence d'écart entre les notes sans la supprimer dans le but de conserver la particularité de chaque ton.

 

En 1722, Bach achève le premier livre du Clavier Bien Tempéré, une oeuvre proposant dans chaque livre (il y en a deux) 12 préludes et 12 fugues, correspondant aux 12 demi-tons de la gamme chromatique.

C'est la première transposition de l'Histoire.

 

De plus des simplifications des gammes ont déjà été effectuées comme l'assimilation des bémols et des dièses comme une seule et même note permettant ainsi la simplification des instruments. C'est pourquoi les instruments à clavier comme le clavecin ou le piano forte ne sont composés que de sept touches blanches (naturelles : do, ré, mi ... ) et cinq touches noires (altérées : les bémols et les dièses regroupés).

 

Une gamme simplifiée

 

La gamme tempérée s'inscrit donc dans un mouvement de simplification de la gamme. Elle reprend le même nombre de notes que les gammes précédentes, soit douze notes mais plutôt que de déterminer leur hauteur en prenant une note de départ et partir de celle-ci en ajoutant un intervalle choisit (exemple : la gamme de Pythagore utilise la quinte) la gamme tempérée prends une octave et la découpe en douze intervalles égaux. Ces intervalles sont appelés demi-tons.

 

La gamme est en réalité composée de sept notes dites naturelles (do, ré, mi, fa, sol, la, si) et de cinq notes dites altérées. Ces notes altérées sont situées à un demi-ton d'écart entre les notes naturelles, alors pourquoi seulement cinq notes altérées alors qu'il y a sept notes naturelles ? Et bien car contrairement aux notes naturelles qui sont séparé par un ton, les notes de mi et fa ainsi que les notes de si et do ne sont séparés que par un demi-ton.

Ces notes altérées sont aussi appelées dièses et bémols. On parle de dièse (noté : #) lorsque l'on part de la note inférieure et que l'on monte d'un demi-ton. Au contraire on parle de bémol (noté : b) lorsque l'on part de la note supérieure et que l'on descend d'un demi-ton. Cependant, il s'agit d'une seule et même note dans le système tempéré : on parle d'enharmonie.

 

Des avantages non-négligeables

 

Cette gamme simplifiée dans laquelle tout les écarts (intervalles) entre les notes sont égaux résout donc bon nombres de problèmes notamment celui de la transposition. En effet, avec les précédentes gammes (Zarlino et Pythagore) la transposition entrainait un changement de sonorité des notes dû, pour changer, aux intervalles inégaux de ces gammes et obligeait donc à changer d'instrument.  La transposition est donc bien plus simple avec la gamme tempérée puisqu'il s'agit désormais tout simplement d'ajouter à toute les notes de la partition un intervalle choisit.

Par exemple : Si l'on joue do, ré, mi, do et que l'on souhaite transposer au ton supérieur il suffit d'ajouter un ton à chacune de ces notes.

Les do deviennent donc des ré, le ré devient un mi, et le mi devient un fa#.

 

 

Cette gamme apporte donc une modularité complète et sans limite puisque le problème de la quinte du loup n'est pas présent dans cette gamme.

 

Ainsi on peut jouer dans n'importe quelle tonalité sur un seul instrument car, et l'on arrive donc à notre deuxième principale avantage, il est désormais bien plus simple de réaliser un instrument sans avoir à « tricher ». On voit donc l'apparition des instruments dits « tempérés ». Ces instruments peuvent-être à clavier comme le piano, le clavecin, mais aussi des instruments à vent comme le hautbois et la clarinette. Ces instruments sont tous capables de jouer les 12 demi-tons de la gamme tempérée. Le fait d'avoir plusieurs instruments pouvant jouer les mêmes notes va entraîner l'apparition de la musique instrumentale

 

Le fait qu'ils soient tempérés signifie que les notes sont fixes. Par exemple la guitare possède des frètes fixées sur le manche à intervalles de plus en plus petit vers les aigus (cf : propriété physique du son). 

 

Enfin, avec l'émergence de la musique instrumentale, un grand horizon s'ouvre une fois de plus pour les compositeurs, qui vont nottament imaginer la formation d'orchestres. 

 

Un sacrifice sur la justesse

 

Cette gamme n'a pas pour autant que des avantages, si elle parvient à gagner en praticité c'est parce qu'elle fait des concessions sur la justesse des notes. Il n'est plus question de quinte ou de tierce pure comme pour les gammes de Pythagore ou Zarlino car les intervalles ont été coupé arbitrairement. Les notes restent pour autant proches des notes pures. On peut l'observer notamment sur le tableau de comparaison des fréquences des notes pures et des différentes gammes suivant :

 

Page précédente                                                                                                                          Page suivante